Salariés en Israël : vos droits aux congés payés pendant les fêtes

La période des fêtes est déjà là, faisons le point sur la question des congés payés et des droits des salariés.

Il incombe aux employeurs Israéliens d’attribuer à leur personnel des jours de congés payés durant la période de fêtes officielles.

Les employés de confession non juive, auront quant à eux la possibilité de choisir entre les fêtes juives ou celles de leur religion.

Jours de fêtes en Israël

Jours de fêtesDate hébraïque2018
2 jours de Rosh Hashana 1er et 2 Tishri 10/09/2018

11/09/2018

Yom Kippour 10 Tishri 19/09/2018
2 jours de Souccot 15 et 22 Tishri 24/09/2018

01/10/2018

2 jours de Pessah 15 et 21 Nissan 20/04/2019

26/04/2019

 Yom Haatsmaout 5 Iyar 09/05/2019
 Chavouot 6 Sivan 09/06/2019

Qui est concerné ?

Le salarié mensuel :

Celui recevant sa rémunération tous les mois, percevra la totalité de celle-ci, bien qu’ayant été absent de son poste le jour de fête.

Le salarié non mensualisé :

Celui-ci pourra aussi bénéficier de jours de congés à condition de remplir les 3 obligations suivantes :

  1. Avoir travaillé au moins 3 mois pleins dans l’entreprise, dans le cas contraire, il pourra aussi choisir 3 mois ouvrés pleins lors des 12 mois antérieurs au mois de la fête.
  2. La fête ne se déroule pas un chabat ou un jour de fermeture habituel (ex : fête le vendredi)
  3. Avoir occupé sa fonction le jour précédent et suivant la fête.

Ces conditions respectées, l’employé recevra le montant équivalent à la journée de travail calculé sur la base suivante :

On additionne le total de la rémunération des 3 derniers mois précédents le mois du congé, puis on divise le tout par le nombre de jours travaillé, on obtient ainsi le salaire d’une journée de travail.

Exemple : (mois 1) – 5000 shekels, (mois 2) – 6000 shekels, (mois 3)- 5000 shekels

Total perçu en 3 mois = 16000 shekels divisés par 90 jours (3 mois)=177shekels= montant rémunération de la journée chômée.

 

Remarques :

  • Un employé habituellement de garde le dimanche soir sera payé au même tarif pour le jour de fête débutant dimanche soir.
  • Les employés acceptant de travailler les jours de fêtes officielles, percevront une rémunération augmentée de 50% ainsi qu’à des jours de repos alternatifs.

 

Hol Hamoed et veilles de fêtes

Notions préliminaires de la loi et données pratiques

Avant d’aborder la loi concernant les congés payés pour les jours de Hol hamoed (demi fêtes) et veilles de fêtes, un bref rappel s’impose :

Les salariés ont un droit aux congés annuels payés, en fonction de leur ancienneté dans cette même entreprise.

L’employeur peut choisir à l’avance les jours de congé « vacances » obligatoires, sans pour autant refuser à son personnel les congés annuels.
Selon la loi, dans le cas d’un refus de l’octroi des jours de congés à son salarié, l’employeur risquera d’être assigné en justice, après plainte déposée à la police.

Le montant est calculé en fonction du type d’emploi :

1. Employés à plein temps :

Le nombre de journées de congés payés se calcule en fonction du type d’emploi et de l’ancienneté du travailleur dans cette entreprise.

2.Travailleurs à temps partiel :

  • Il doit assumer sa fonction pour le même employeur au minimum 75 jours consécutifs durant une même année, ou lors de 2 années qui se suivent.
  • Un contrat de travail aura préalablement été signé pour une mission minimum de 74 jours continus.
  • Au cas où la période ouvrée reste inférieure à 75 jours réellement pratiqués, le travailleur aura également droit à ses congés payés annuels à la condition qu’un contrat prévoit bien que l’embauche concernait une période supérieure à 75 jours.

Exemple :

Un employé payé à la journée, embauché pour 6 mois (6 mois * 30=180 jours), bien que ne travaillant que   2 jours par semaine, sera considéré comme employé durant 6 mois.Cette référence de 6 mois suffit pour le droit au congé annuel bien que les jours réellement effectués se limitent à 52 (2 jours par semaine * 26 semaines) 

 

Précision importante :

Les employés ont droit de s’absenter pendant 2 jours de leur choix (en les déduisant des jours de leurs vacances) sans possibilité pour l’employeur de s’y opposer,   cette avantage ne pouvant s’effectuer qu’à la seule condition que l’une de ses 2 journées se situe lors de :

1.Jeune de Guedalia

2. Veille de Kippour

3. Veille de Souccot

4. Jeune du 10 Thevet

5.Jeune d’Esther

6. Pourim

7. Soushane Pourim

8. Veille de Pessah

9. Veille du 7eme jour de Pessah

10. Mimouna

11.Lag Baomer

12. Veille de Chavouot

13. Jeune du 17 Thevet

14. Tisha Béav

15. Veille de Rosh Hashana

 

Qu’en est-il donc de Hol Hamoed ?

La loi précise que les jours de Hol Hamoed sont considérés comme jours ouvrés normaux, en d’autres termes, un jour de congé lors des veilles de fêtes ou pendant Hol Hamoed sera considéré comme un jour de congé plein.

Il est cependant admis dans nombre d’entreprises que l’employeur accorde, et à sa charge, quelques heures offertes ces jours là.

Cependant on rappel qu’une journée d’absence la veille d’une fête ou durant hol hamoed sera déduite du capital congé payé du salarié.

 

Et si l’entreprise est fermée ?

Selon la loi, l’employeur peut décider, pendant les fêtes et/ou durant les jours de hol hamoed, de la fermeture de son entreprise mettant ainsi, l’ensemble de son personnel en congé.
Plusieurs cas se présentent à nous :

1.L’employé détient dans son « Capital Congés Vacances » assez de jours pour compenser cette absence :

Le problème ne se pose pas, étant donné que le salarié a suffisamment de jours a exploiter, il déduira de ses jours de congé ces quelques jours de Hol Hamoed.

2.L’employé n’a pas cumulé assez de jours :

Compte tenu de la décision du tribunal régional du travail, l’employeur n’est pas habilité à exiger de son collaborateur d’effectuer des journées de vacances supérieures à son quota de jours encore restant à disposition.

Si un employeur souhaite que son salarié s’absente au delà de son “Capital Congés  Vacances», il ne pourra satisfaire sa décision qu’à la condition de respecter une des données suivantes :

  • L’employeur décide d’offrir gracieusement des journées qu’il paiera.
  • Le salarié désire de lui-même partir en vacances pendant ces journées de Hol Hamoed et consent donc que ses congés ne soient pas rémunérés.

Précision importante :

Les jours chaumés lors des fêtes officielles, ne sont nullement comptabilisés dans le calcul des jours de vacances annuelles.

Selon la loi, si les jours de fêtes se déroulent pendant les vacances du salarié, ils ne seront pas déduits du quota vacances annuelles de celui ci.

 

Comment le salarié est t il rémunéré  la veille de fêtes ?

  • Pour les salariés travaillant 5 jours /par semaine :

Le jour ouvrable de la veille de fête durera 8h et sera rémunéré 9h.

Pour ceux dont la durée du travail payée est habituellent de 8h, ce jour là, il ne lui sera exigé que 7h de présence.

  • Pour les salariés travaillant 6 jours/ par semaine :

Cette journée de veille de fêtes ne sera que de 7h de présence.

Au delà, chaque heure sera comptabilisée en heure supplémentaire.

  • Veille de Kippour :

Les employés travailleront 6h et seront payés 9 h.

Quelques points importants à retenir :

  • Les congés payés sont cumulables jusqu’à une limite de 2 ans + 7 jours. Il est donc très important d’utiliser ces congés de façon régulière, afin de ne pas les voir supprimés.
  • L’employeur a l’obligation de permettre à son salarié, une fois par an, des vacances de 7 jours consécutifs.
  • Les congés payés seront versés en fin de mois, tout comme le salaire mensuel.
  • L’employé recevra ses congés payés, uniquement s‘il s’engage pendant cette période, à n’avoir aucune autre occupation rémunérée.

Le non respect de cette clause, permettra à l’employeur de déduire du prochain salaire du travailleur, le montant de ses congés effectués.

 

Je souhaite être contacté par un conseiller NATCO
WhatsApp chat